Nouvelles des membres 105

Veuillez trouver les nouvelles des membres de la newsletter 105 ci-dessous:

 

CIDA – Italy

Une large opposition à la réforme des retraites

Le 14 décembre dernier, la CIDA et ses fédérations membres tenaient une réunion publique pour exprimer leur désaccord concernant l’approbation de l’amendement à la loi budgétaire qui taxe les retraites de plus de 100 000 euros par an.

L’événement, qui a eu lieu à Milan, a réuni plus de 1 000 personnes, a vu se réunir pour la première fois les associations les plus représentatives de la gestion, publiques et privées, qui considère la CIDA comme point de référence. Elles étaient toutes animées par un objectif commun : celui de contrer l’impôt de la énième contribution de solidarité au détriment de la catégorie.

À la fin de la réunion, l’assemblée a approuvé une motion visant à obtenir du gouvernement qu’ils se réunissent autour d’une table pour discuter de propositions concrètes d’interventions sur le bien-être, l’emploi et la croissance économique, sans pénaliser des catégories sociales entières, mais en ayant un recours plus équitable à travers la fiscalité générale.

La motion vise à concrétiser la solidarité en utilisant le levier fiscal, en établissant rapidement et efficacement une séparation claire entre sécurité sociale et assistance, afin d’éviter l’approbation de mesures injustes, qui seraient anticonstitutionnelles , ainsi qu’ un manque de vision sur l’avenir.

www.cida.it

 

CNC/NCK – Belgium

La CNC dénonce la politique salariale régressive qui s’applique notamment aux jeunes cadres – par Roland Glibert, délégué général de la CNC

Le constat est général: les salaires proposés aux jeunes cadres n’est plus en rapport avec ce que gagnait leurs aînés. La CNC a chiffré cette régression à partir de l’évolution sur une période de 30 ans, de la première rémunération mensuelle à l’engagement des ingénieurs, catégorie choisie par opportunité pour représenter l’ensemble des jeunes cadres[1] .

L’analyse nous montre que les salaires à l’engagement sur une période d’environ 30 ans diminuent de 12%. Cette chute est enregistrée à partir de 2009, début de la crise financière. Les années précédentes les salaires restent globalement stables.

Pour vérifier si cette politique salariale est justifiée, nous avons calculé la croissance fictive du salaire indexé sur l’augmentation du PIB. Alors que l’activité économique a augmenté de 54% entre 1985 et 2014, ce n’est pas le cas du salaire des ingénieurs débutants.  L’ingénieur est pourtant un acteur essentiel de la bonne marche de notre économie et de son développement.

Le constat chiffré effectué pour les jeunes cadres ingénieurs s’étend largement à tous les jeunes cadres qui entrent sur le marché du travail et se poursuit dans la progression de carrière. La CNC dénonce ces conditions qui s’appliquent aux cadres et en particulier aux jeunes qui rentrent dans la vie active. Elle rappelle le rôle essentiel des cadres dans l’économie et demande aux acteurs économiques d’entendre leurs attentes et leurs préoccupations.

[1] Nous disposons via la FABI et la KVIV de données sur les salaires des ingénieurs à l’engagement. Ces 2 organisations réalisent chaque année une enquête sur les salaires et émettent une recommandation pour les ingénieurs débutants.

www.nck-cnc.be

 

SAM – Serbie

Remise de prix

Pour la septième année consécutive, l’Association serbe des managers (SAM) a organisé une soirée de gala à l’occasion du “SAM ANNUAL AWARD 2018″ en décembre dernier. Les prix sont décernés aux meilleurs managers, entreprises, particuliers et aux meilleures initiatives qui plaident en faveur de la professionnalisation et de la promotion des compétences en gestion, de l’amélioration des conditions commerciales, de la promotion d’entreprises éthiques, socialement responsables et durables, du développement du leadership des jeunes et d’une vie meilleure pour tous les citoyens.

Reconnu à l’intérieur et comme à l’extérieur de l’entreprise comme une personne intègre et réputée, et sur la base des résultats commerciaux obtenus, le titre de Manager de l’année 2018 a été attribué à Dejan Turk, PDG de Vip mobile & A1 Slovenia.

Dans son introduction aux discours de remise des prix, Mme Stanka Pejanovic, Présidente de SAM, a déclaré : « Cette année a été stimulante et inspirante. Nous avons travaillé avec assiduité sur le développement professionnel des cadres, en échangeant nos connaissances et nos expériences à travers un programme de mentorat, en créant des liens entre les cadres et en promouvant à la fois les meilleures pratiques mais aussi des entreprises responsables, éthiques et durables. Je suis extrêmement fière que l’Association compte plus de 450 cadres qui souhaitent contribuer à l’amélioration de l’environnement des affaires. Cette année au cours de laquelle nous avons le plus grand nombre de cadres professionnels  jusqu’à présent, où nous avons accueilli le SAMIT100 Business leader et où nous sommes devenus membre à part entière de la CEC European Managers, crée un engagement et une responsabilité encore plus grandes pour être encore plus persévérants et tenaces dans la réalisation de tous les objectifs. ”

www.sam.org.rs

 

SNQTB – Portugal

Soins à domicile: défi national, défi mutualistepar Paulo Gonçalves Marcos, Président de la SNQTB

L’une des réalisations les plus importantes de la révolution de 1974 a été la notion de droits politiques et de droits sociaux comme étant les deux faces d’une même pièce. La volonté politique qui a conduit à la création du Service national de santé portugais (SNS) est née de ce cadre idéologique de pluralisme politique et social largement majoritaire dans la société portugaise.

La diminution du taux de mortalité infantile et une espérance de vie plus longue, parmi les plus élevées au monde, représentent probablement les plus grandes réalisations du SNS. Ces réalisations et leur contribution à la mobilité sociale ascendante ont été quelque peu sous-estimées, notre société s’adonnant maintenant avec empressement au culte du nouveau. Le vieillissement de la population est une tendance préoccupante, encore plus si les investissements publics et privés ne garantissent pas suffisamment une retraite et une vieillesse actives et de qualité.

En raison de l’insuffisance de lits pour les soins de longue durée et d’un manque de professionnels de la santé qualifiés, l’offre publique ne couvre que 15% des besoins du pays. La quasi-abdication ou l’absence flagrante de l’État exerce une pression insoutenable sur les descendants, lorsqu’ils existent, sur les sous-systèmes de santé et sur le réseau d’assistance sociale et de solidarité.

Les sous-systèmes de santé, qui sont souvent créés par le biais de contrats collectifs entre employeurs et syndicats dans tous les secteurs, sont particulièrement sous pression. Naturellement, il appartient à la société de demander plus à leurs représentants politiques. Mais d’un autre coté, c’est aux systèmes mutualistes qu’il incombe de diriger, en montrant qu’il est possible d’agir à ce niveau et en rappelant à l’État qu’il doit assumer ses responsabilités.

www.snqtb.pt