CEC EUROPEAN MANAGERS, LA VOIX DE L’ENCADREMENT EN EUROPE DEPUIS 1951

La CEC représente environ un million de cadres au sein du dialogue social européen. Les cadres jouent un rôle essentiel en Europe, tant dans les entreprises dans lesquelles ils travaillent qu’en tant que facilitateurs du dialogue dans la société. Ils permettent de prendre les bonnes décisions pour préparer un avenir plus durable et inclusif.

Qui sommes-nous

La CEC European Managers représente près d’un million de cadres en Europe à travers ses fédérations nationales et sectorielles. Les cadres jouent un rôle essentiel, à la fois dans les entreprises mais aussi comme facilitateurs de dialogue dans la société : il s’agit de prendre les bonnes décisions pour préparer un futur plus durable et inclusif.

Au niveau Européen, nous sommes l’une des six organisations de partenaires sociaux européens interprofessionnels reconnues par la Commission européenne. En tant que voix indépendante et autonome des cadres, nous défendons depuis 1951 les intérêts des cadres, qui agissent comme des bâtisseurs de ponts entre les employeurs et les travailleurs.

A travers nos actions, nous amenons au coeur du débat public les questions de management et de leadership. Nous sommes convaincus que grâce à nos connaissances, nos expériences et nos compétences, nous pouvons contribuer à trouver des solutions globales à nos défs actuels.

Nos affliés, qui sont actifs à la fois dans les secteurs public et privé, ont tous un point commun : ils bénéfcient d’un degré d’autorité et d’autonomie plus élevé que les autres employés et de plus de responsabilités dans la défnition et la réalisation des objectifs de l’entreprise. Mais les personnes que nous représentons sont également des membres actifs et conscients des sociétés dans lesquelles ils vivent, qui savent que le bien-être commun est une condition préalable absolue pour une croissance économique durable.

Dans sa résolution sur les cadres, la CEC European Managers a élaboré sa propre définition des cadres qu’elle représente. Nous vous invitons à lire la suite ici.

Notre mission

En tant que partenaire social européen

  • nous oeuvrons pour l’intégration européenne;
  • nous contribuons à rechercher un équilibre entre la performance économique des entreprises et la protection sociale et des revenus chez les salariés. Nous sensibilisons l’opinion sur le fait que les cadres et les travailleurs ont des besoins différents en matière de sécurité et de ?exibilité;
  • nous exprimons et défendons les besoins et les opinions des cadres européens sur des thèmes d’actualité tels que le développement durable, la protection de l’environnement, le vieillissement actif, l’autosuffsance énergétique, l’apprentissage tout au long de la vie, le vieillissement actif, l’égalité des chances ou la diversité.

En tant que chercheurs en leadership et politiques publiques

  • L’expertise que nous mettons à disposition des cadres et des décideurs politiques couvre à la fois la recherche politique et la recherche en leadership. Nous poursuivons une approche holistique afn de dépasser les clivages des principes publics et privés, ainsi que les traditions de recherche classiques.
  • Nous contribuons à l’amélioration de la qualité des pratiques managériales européennes en partageant les bonnes pratiques et en menant des actions de sensibilisation;
  • Nous contribuons au débat sur l’avenir des politiques publiques d’un point de vue managérial

Notre histoire

Les cadres ont été parmi les premiers à comprendre l’importance de s’organiser au niveau international. Dès 1951, les organisations de l’encadrement français, allemand et italien fondèrent la CIC (Confédération Internationale des Cadres). Ayant la volonté de participer plus activement au dialogue social européen et de pouvoir exercer une influence politique sur le processus d’unification, cette confédération internationale donna naissance en 1989 à une confédération européenne, la CEC (Confédération Européenne des Cadres).

Les confédérations des cadres de France, Allemagne et Italie fondent la CIC, la Confédération Internationale des Cadres.

Notre Structure

Comité Exécutif

Les fonctions exécutives de CEC European managers sont assurés par quatre membres du Comité Exécutif, ils sont élus tous les trois ans par le biais d’une Assemblée Générale. Cette équipe a été élu le 27 Mai 2021.

Maxime Legrand

Maxime Legrand

Président

Maxime Legrand est un économiste, banquier et défenseur des droits des cadres, leur voix et leur professionnalisme. Après son doctorat de recherche économiques, il rejoint le monde des affaires en tant que directeur de banque puis chargé d’affaires.

Avant son élection à la Présidence de la CEC European Managers, il y officiait en tant que Secrétaire Général. En parallèle de ce mandat, Maxime Legrand est Délégué National de la CFE-CGC, une organisation française membre de la CEC. Il est également le Président de la FECEC, la fédération Européenne des Cadres de banque.

Au sein de son groupe de travail sur la digitalisation, il a aidé la CEC à se positionner comme partisan et défenseur d‘une digitalisation centrée sur l’humain.
Maxime Legrand est convaincu que les cadres doivent s‘impliquer et être impliqué dans le dialogue social, mais aussi défendre la démocratie et s’engager pour les autres.

Torkild Justesen

Torkild Justesen

Secrétaire Général

Après des études de droit, Torkild Justesen a travaillé pour le Ministère danois de la Justice et pour les Employeurs Danois. Il est maintenant directeur de LHO Danemark, l’une des plus grande organisation de cadres en Europe.

Ces 30 dernières années, il a travaillé dans le monde du partenariat social pour les cadres à échelle internationale et nationale. Fier de ses valeurs personnelles fortes et fédératrices, Torkild Justesen est un fervent défenseur du projet Leadership Durable de la CEC. Il fait d‘ailleurs parti du Comité d’organisation.

Torkild Justesen veut diffuser le Leadership Durable dans toutes les activités de la CEC European Managers. Il est persuadé que la CEC est en bonne position pour promouvoir un leadership de qualité.

Ebba Öhlund

Ebba Öhlund

Trésorière

Ebba Öhlund a étudié la sociologie et rejoint ensuite la Croix-Rouge Suédoise où elle se spécialise dans le support international au développement et gouvernance. Aujourd‘hui elle office à Lederna en tant que Député Secrétaire Général. Elle est notamment responsable de la stratégie de l’organisation et de sa plateforme de valeurs.

Outre avoir été membre du comité de conseil de la CEC de 2018 à 2021, Ebba Öhlund a fait parti du Comité Consultatif sur l‘égalité des Genres à la Commission Européenne, puis elle a organisé le groupe de travail sur le leadership inclusif et l’égalité des genres.

Lors de son mandat, Ebba Öhlund continuera de porter la position de la CEC sur l‘égalité des genre et le leadership inclusif tout en établissant plus d’engagement.

Marco Vezzani

Marco Vezzani

Député Secrétaire Général

Après une longue carrière dans plusieurs groupes internationaux, notamment tant que CEO dans l‘industrie automobile, Marco Vezzani est un passionnée et défenseur de l’intégration Européenne. Il en écrit d’ailleurs un livre "Europe yes ... but".

Marco Vezzani est un cadre et un négociateur expérimenté. Il est vice-président de l’organisation italienne CIDA, membre de la CEC et aussi le président de la branche régionale de Gène. Entre 2015 et 2020 il a représenté la CEC au Comité Européen Economique et Sociale.

Marco Vezzani s‘assurera de la mise en place d’une stratégie pour les parties prenantes en mettant en pratique des valeurs de qualité et d’efficacité.

Secretariat

Le management de l’organisation est assuré par les quatre employés du secrétariat à Bruxelles:

Matteo Matarazzo – Directeur du bureau

Jean-Philippe Steeger – Responsable affaires européennes et projets européens

Clara Castelli – Responsable communication

Georgette Ould – Responsable administration

Valeurs

Liberté et égalité des chances
Pour garantir la liberté, nous devons habiliter les individus par des mesures positives, qui créent des espaces de sécurité dans lesquels ils peuvent réaliser leur potentiel. L’égalité de traitement et l’implémentation de politiques réellement antidiscriminatoires dans tous les domaines de la vie sociale sont le fondement de tels espaces de liberté.

Solidarité et inclusion
Les humains et leurs besoins doivent être au centre de nos actions. Seul un climat de respect pour la diversité et pour le développement du potentiel personnel peut créer l’espace nécessaire à la solidarité et l’inclusion fleurissent.
Nous devons encourager l’intégration sociale par des processus plus participatifs, par l’adoption d’une position ferme contre l’intolérance et par un environnement de travail confiant.

Mérite
Nous croyons à un environnement social et d’entreprise dans lequel les compétences individuelles constituent la base du succès professionnel de chacun et chacune. Les personnes que nous représentons se caractérisent par les connaissances et leurs aptitudes, qu’elles mettent à disposition de l’entreprise et de la société dans laquelle elles évoluent.

Progrès
L’idée d’un progrès linéaire et purement quantitatif s’est révélée contraire aux besoins et aux capacités humaines. Nous devons redéfinir le progrès en l’alignant aux valeurs et aux visions concrètes et spécifiques des domaines concernés pour pouvoir le mesurer. Afin de garantir la durabilité du progrès, le processus doit être délibéré démocratiquement.

Responsibilité et éthique
Le personnel d’encadrement joue un rôle clé dans la société et doit se montrer à la hauteur de ses responsabilités à travers un impact social positif. L’éthique comportementale est l’une des valeurs intrinsèques du personnel d’encadrement, qui doit concevoir la nécessité de montrer l’exemple comme une forme concrète d’esprit civique.

Développement durable
Nous devons intégrer une manière de penser et un comportement durable à tous les domaines de la vie et de l’activité professionnelle. Il est de notre devoir d’apporter aux générations futures un environnement sain et une société inclusive dont l’économie profite à tous.

Transparence
Les processus décisionnels doivent être visibles et transparents, dans l’arène publique et au niveau de l’entreprise, afin de garantir le contrôle démocratique des institutions et dans la société. Les mesures visant à augmenter la transparence doivent tenir compte du respect de la vie privée et être soumises au contrôle démocratique.

This website uses cookies to give you the best experience. When you decline only technically neccesarry cookies will be used, but no tracking / 3rd Party cookies will be set. You might not be able to use some parts of the website. Read more about our  Cookie Policy. To accept cookies you can either scroll down or click "Accept Cookies"